L'info de la semaine

Menu

Top actus

Lacrim : R.I.P.R.O. 3, musique, Damso, Ninho, Gims, Mister You, qualité, défaut, déceptions, souvenirs …

LACRIM (C) FLORA METAYER

Depuis cette nuit, la nouvelle mixtape de Lacrim R.I.P.R.O. 3 est disponible dans les bacs, en digital et sur toutes les plateformes de streaming. Pour parler de ce projet mais aussi de lui, nous avons proposé à Lacrim, d’ordinaire si pudique, de se prêter à notre concept du « Vous saurez tout sur … ». Sur ce projet de 18 titres, l’artiste a réalisé plusieurs featurings avec de nombreux invités : le très populaire Maître Gims, l’un des plus gros vendeurs de l’année 2017 Damso, la figure de proue de la nouvelle génération Ninho, son ami de longue date Mister You, la britannique Paigey Caikey et les rappeurs marocains Shayfeen & Madd. « J’aime beaucoup ce qu’il fait » nous explique Lacrim qui tenait à rentrer dans l’univers de Damso sur le titre La Noche. Sans oublier de mettre en avant sa fibre de découvreur de talents avec la présence de deux solos de ALP et Guy 2 Bezbar, artistes affiliés à son label PLATA O PLOMO.

 

Sur ce troisième volet de sa série R.I.P.R.O. Lacrim a aussi cherché à évoluer en rendant ses titres brut plus actuels d’un point de vue technique : exercice de style, mix … l’artiste reconnaît volontiers qu’un palier à été franchi par rapport à FORCE & HONNEUR. D’un point de vue personnel, Lacrim s’est dévoilé en nous parlant de sa plus grande déception dans la musique, de son rapport particulier aux réseaux sociaux, de sa rencontre avec un fan qui l’a particulièrement marqué et de son souvenir de showcase le plus douloureux. Le rappeur du 94, satisfait de ce que son succès dans la musique a pu apporter à lui et à sa famille nous avoue qu’en ce moment la frénésie et la pression qui peuvent l’entourer le pèsent « à un moment tu es un être humain et quand tu donnes 95 % il te reste 5% de sang (…) et on te le boit encore, j’arrive un moment où je n’ai peut-être plus de de forces ».

 

Au cours de l’échange Lacrim nous révèlera qu’elle est sa plus grande qualité, son plus grand défaut et la cause qui lui tient le plus à coeur. S’occuper des membres de sa famille et de leur bien être est primordial pour lui mais aussi penser aux individus qui sont victimes d’injustices ou qui vivent dans la précarité. « Je n’ai pas habité dans un deux pièce à 13 à Barbès mais il y en a qui l’ont vécu ça dont il faut être conscient des choses » estime Lacrim.

Autres actus