Menu

Top actus

Senyss : l’autodidacte par excellence à la diversité musicale stupéfiante

Senyss (C) Fifou

Derrière son bandana et ses dread-locks se cache un artiste au combien complet et déterminé à dévoiler toutes les cordes qu’il possède à son arc. Senyss est un jeune rappeur originaire de Nice et membre du groupe 10-4 Squad au côté de Chamii, signé depuis peu sur le label Ambitions Music dirigé par Niro. Ce dernier est allé dénicher une perle rare, un artiste multi-tâches qui n’a désormais plus aucune limite pour exercer son art. Car Senyss est le fruit d’un travail acharné, un homme qui est allé au bout de ses idées, mais surtout ses convictions, afin de performer dans la musique. Sans pour autant se préoccuper des détracteurs qui ne croyaient pas en lui. C’est ainsi qu’après plusieurs années de charbon intensif, l’auteur-compositeur-interprète a offert au public une première carte d’identité, à travers un premier projet solo intitulé Tout va bien Part.1, composé de 10 tracks. Retour sur le début de carrière du nouveau phénomène anticonformiste qui ne se contente pas de suivre les codes du rap actuel. 

Un style musical à part entière 

Entre Senyss et la musique, c’est une longue histoire d’amour. Bercé par tout type de musicalité depuis sa plus tendre enfance, son répertoire s’étend de la musique classique au reggae dance hall. L’artiste niçois s’est inspiré de tout ce qu’il a pu écouter pour exercer son art, à l’image de Stevie Wonder ou encore Lil Durk. C’est ainsi qu’il décide à l’âge de seulement 13 ans de se lancer dans le rap. Plus les années passent et plus sa volonté de se démarquer lui reste en tête. Autodidacte dans l’âme, il se met alors à créer ses propres prods et même à confectionner ses propres clips, tout ceci dans le but de faire ressortir 100% de sa personnalité. Le beatmaking le suivra jusqu’aujourd’hui, puisque plus de la moitié des morceaux contenus dans son EP ont été composés par ses soins. 

Le plus surprenant avec Senyss reste le fait que sa musique n’est à ranger dans aucune case. Hyper polyvalent, il concentre l’essence même de son art dans toute la musicalité et les vibes qui rejaillissent de ses œuvres. Capable de rapper sans scrupule, il l’est tout autant pour chanter dans plusieurs langues, comme de placer sur de l’afro, du r&b ou encore de la trap. Il possède ainsi d’innombrables qualités vocales et une palette technique impressionnante. A l’instar de sa facilité à exercer une voix grave et rauque comme de partir dans les aigus. Concernant les visuels, Senyss opte une fois encore pour cette fameuse stratégie de différenciation, en s’appropriant un style vestimentaire atypique, mais aussi en soignant toujours son image à l’écran. A travers un style musical riche et varié, le rappeur vient apporter un nouveau souffle au rap français de par son originalité. 

Son arrivée dans le game et l’aboutissement avec un premier EP

Pour revenir quelques mois en arrière, le public rap français l’a découvert sur le morceau Insomnie, présent sur l’album Stupéfiant de Niro sorti en 2020. Une première mise en bouche qui en disait long sur l’univers artistique proposé par la nouvelle signature d’Ambitions Music. Comme énoncé précédemment, Tout va bien Part.1 regroupe à lui seul toute la palette technique du jeune chanteur. Un projet qui a été teasé depuis de longs mois, étant donné que le premier extrait Bad Mama Jama a été dévoilé il y a quasiment un an. Senyss et son équipe ont donc opté pour une stratégie sur le long terme, en étalant trois clips sur une année entière, histoire de poser des bases solides et faire découvrir à un public plus large ses nombreux talents. Avec ce premier titre, le jeune artiste annonçait déjà la couleur grâce à des mélodies dansantes, tout en puisant son inspiration d’un titre funk des années 80 remis au goût du jour à l’aide d’une trap mélodieuse. 

C’est ainsi que le 8 janvier dernier est né son tout premier opus. Un EP représentant son état d’esprit conquérant, lui qui n’a qu’une seule devise : toujours relativiser et aller de l’avant. Une mentalité parfaitement retranscrite par l’homme aux multiples pochettes Fifou. Ce dernier lui a concocté une cover sur laquelle on le retrouve allongé dans un hamac, au devant d’une tempête cataclysmique en arrière plan.

Une diversité artistique phénoménale

Sa facilité à s’adapter à tout type de sonorités représente la plus grande force de Senyss. A travers seulement 10 titres, le rappeur a réussi le pari de poser sur presque autant de prods différentes. Ainsi, le début du projet est consacré dans son entièreté à des mélodies dansantes. Les instrumentales sont toutes travaillées dans les moindres détails, à l’instar de l’influence reggaeton accompagnée d’une guitare ressentie sur Go ou encore lorsqu’une trompette vient agrémenter la prod dance hall de Spirit of Ecstasy. Un son qui représente bien sa vision du monde de la musique, étant donné que le titre renvoie à la statuette installé sur les Rolls Royce, symbolisant la réussite financière ainsi que la persévérance nécessaire pour parvenir à ses fins.

Ses performances vocales sont tout aussi impressionnantes. Tantôt une voix angélique, tantôt une voix rauque, l’interprétation est un élément majeur à ses yeux. L’ajout d’ad-libs sur certains morceaux comme Tout va bien devient alors un atout redoutable pour ambiancer l’auditeur. Ce titre est d’ailleurs très inspiré des US, grâce à une trap bien banger qui met la lumière sur une autre de ses nombreuses facettes. Senyss dispose d’une énergie à revendre, qu’il prend plaisir à distribuer sur des titres bien plus obscures. Ainsi, qui d’autre que son mentor Niro pouvait être le seul invité du projet, encore plus sur un morceau kické et égotrip. Le rappeur de Blois est convié sur un tout autre registre, mais démontre sa facilité d’adaptation sur Green. Les deux artistes se complètent à la perfection avec un enchaînement de flows saccadés, pour une connexion très sombre. 

La démonstration de ce type de rap est également rééditée sur l’un des titres les plus surprenants, Détroit. Comme il l’a lui-même précisé, ce morceau est une réelle prise de risque. Pour la simple et bonne raison que Senyss a décidé de composer un boom-bap à l’ancienne, pour rapper sans aucune touche d’autotune dans les couplets. Encore une fois la preuve irréfutable que varier les plaisirs, afin de contenter un maximum de personnes, demeure pour lui un objectif primordial.  

Senyss consacre ensuite la fin de son projet à des morceaux plus ouverts. Après nous avoir montré tous ses talents en matière de mélodies et de diversité des prods, le chanteur nous offre un contenu bien plus doux, voire nostalgique à l’image de Don’t Cry. Les émotions sont bien différentes par rapport au début de l’EP, étant donné les prestations frissonnantes qu’il fournit pour transporter le public dans un mood beaucoup plus posé. Ainsi, les deux derniers titres sont clairement à destination de la gente féminine, grâce à sa voix angélique et des instrus douces plutôt agréables à écouter. 

Les thématiques abordées

Si Senyss est redoutable dans la confection de toplines et d’instrumentales, qu’en-est il de ses textes ?

Pour cette dernière partie, concentrons nous désormais sur le fond après nous être attardé sur la forme. Deux grosses thématiques ressortent de cet opus. Très humain, le chanteur se sert de la musique pour ressortir tout ce qu’il a sur le cœur. Ainsi, les relations amicales et amoureuses sont très importantes pour lui. Depuis ses débuts dans la musique, il a su prendre du recul sur certaines personnes et voir leur vrai visage. Sur quasiment chaque morceau, Senyss aborde ce sujet-là et détaille son parcours sinueux jusqu’aujourd’hui. Il n’hésite pas à “tacler” ses anciens amis qui ne sont plus là que pour la “fame“. Désormais, il a pu se séparer des mauvaises personnes pleines de vices : “J’ai pas qu’des amis, ah bébé, si tu savais, ils veulent tous me voir tomber“. Il affirme donc sa volonté de ne pas se mélanger, et se focalise désormais seulement sur l’argent qu’il peut amasser avec la musique. 

Si sa famille ou la perte de certains proches sont aussi abordées, Senyss se livre également sur sa manière de concevoir les relations amoureuses. Les morceaux love ajoutés à la fin du projet servent ainsi à en apprendre plus sur sa vision de l’amour. Il ne survole pas le sujet et a pris du temps pour délivrer de jolis textes pour une certaine femme. Après s’être posé des questions sur sa capacité à gérer une relation, il est désormais sûr de ses sentiments, comme en témoigne l’outro du projet, Tyana. Un titre bien plus personnel, dans lequel il effectue une réelle déclaration d’amour à sa dulcinée. 

S’il n’a désormais plus confiance en l’amitié, il demeure encore certain que l’amour peut lui apporter du bien dans sa vie. Une conclusion qui en dit long sur le potentiel artistique que Senyss possède à l’heure actuelle, mais également sur sa marge de progression immense. Comme le titre de cet EP conceptualisé le suggère, l’artiste devrait nous réserver une deuxième partie qui s’annonce prometteuse dans les mois à venir.

Autres actus