Array

ActualitÉs à la une

Fally Ipupa : culture africaine, rumba congolaise, amour, femmes, RDC, Booba, Shay, Damso, Wizkid

FALLY IPUPA

 

Le long format du jour avec Fally Ipupa est l’occasion de découvrir l’univers et la personnalité de celui qui est considéré comme la star incontestée de la nouvelle génération d’artistes pratiquant la rumba congolaise. Nous l’avons rencontré avant la sortie de son album « Tokooos » le 7 juillet 2017. Plus jeune, Fally Ipupa était un membre du « Quartier Latin », l’orchestre qui entourait Koffi Olomidé également originaire de la République Démocratique du Congo et star de la rumba congolaise. Fally Ipupa qui se distingue au départ dans la rumba congolaise a toujours apprécié l’utilisation de sonorités plus urbaines. De plus, même si dans ce projet les thèmes principaux de ses musiques sont l’amour, le bonheur et la joie l’artiste dit ne pas avoir de limites en termes de sujets abordés. La star raconte en chanson l’amour dans des titres tels que « Bad boy » en featuring avec Aya Nakamura, « Jeudi Soir » ou « Siamois» entre autres. D’ailleurs, il qualifie ses titres toujours teintés de guitare congolaise de « chansons » qui sont conçues pour durer dans le temps, « je fais des classiques » nous explique Fally.

 

Pour le titre « Kiname », (ndlr : contraction de Kinshasa et Paname ) le bien nommé « Hustler », a trouvé évident le featuring avec Booba. « C’était le choc des Titans, et même le choc des cultures », il était temps pour lui de faire un titre avec un poids lourd en France afin de faire évoluer la culture. Par ailleurs, il a fait aussi appel à Shay, petite fille de Tabu Ley Rochereau et  protégée de Booba. Sur « Guerrier » titre qui rappelle ses origines bantoues, Fally Ipupa voulait «  une artiste congolaise, qui chante bien », et a trouvé Shay à la hauteur de l’exercice. Un autre belge a trouvé grâce aux yeux de Fally Ipupa, il s’agit de Damso. Il nous raconte même une anecdote concernant le père de ce dernier.

 

Fally Ipupa est également un artiste engagé humanitairement via la fondation qui porte son nom.  Au détour d’une question sur le contexte politique et l’instabilité que connait actuellement la République Démocratique du Congo, il déclare avec émotion qu’il a « le cœur qui saigne  ». Son but est d’aider une catégorie de congolais qui souffrent comme ces enfants et ces femmes qui connaissent la malnutrition. Ce type d’injustices a poussé le chanteur à organiser un concert à La Cigale avec l’Unicef le 22 juin mais l’évènement a été annulé par la Préfecture de Paris. Les raisons avancées seraient liées à des risques de troubles à l’ordre public, suite aux déclarations de certains membres de la diaspora congolaise, connus sous l’appellation de « Combattants ». Une décision qui n’a pas pour autant déstabilisé le chanteur congolais.

Fally Ipupa sera en concert à Kinshasa le 2 juillet avant la sortie de son album Tokooos.

Comments

comments

D'autres actualités à découvrir...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>